Ajlun Castle

Dans les collines, au nord-ouest de Jerash et surplombant la ville d’Ajloun, se dresse le fort de Qala’at ar-Rabadh, avec sa vue magnifique sur la vallée du Jourdain. Un écrivain arabe du XIIIème siècle parlait d’un « ancien monastère » qui se tenait ici, et Guillaume de Tyr mentionnait également une « petite forteresse » capturée par les Croisés en 1139. Quelques croix incises ainsi qu’une chapelle au sol en mosaïque découverte récemment font penser à une tradition d’origine arabe chrétienne.

Mais l’objectif du fort actuel était la protection contre les Croisés. Construit en 1184-85 par ‘Izz ad-Din Usama, l’un des généraux de Saladin, ce superbe exemple d’architecture militaire ayyoubide survivra bientôt son objectif initial après la défaite des Croisés à Hattin en Galilée en 1187 qui mit fin à l’occupation de la Terre-Sainte.

En 1214-1215, le château fut agrandi par ‘En ad-Din Aybak, pour le Sultan ayyoubide al-Malik al-Mu’azzam, et devint ainsi l’une des balises entre Damas et Le Caire, servant de relais pour les pigeons portant des messages entre les deux cités, puis, en 1219, il servit de cache aux armes contre la cinquième croisade. En 1260, il fut pris par les Mongols mais fut rendu au Sultan mamelouk Baybars.

Son historique ultérieur est assez vague. Il fut restauré au XVIIème siècle, visité par J. L. Burckhardt en 1812, endommagé par un tremblement de terre en 1837, puis réparé par Ibrahim Pasha. Plus récemment, il a été restauré par le Département des Antiquités de Jordanie.